top of page

L'interview Life! de Karine Jacquemart


Biodiversité et justice sociale, même combat !


Il est fondamental de toujours lier protection environnementale et sociale. Lorsque l’on détruit les forêts primaires du Bassin du Congo par exemple, on détruit la biodiversité, le vivant, mais aussi les ressources (protéines, bois, etc.) vitales aux populations locales. Nous formons un écosystème. Or la destruction de notre écosystème commun avance à marche forcée, à cause d’un système économique totalement prédateur, comme le système alimentaire actuel qui sème la précarité sociale et détruit le vivant, ce que Foodwatch dénonce sans relâche. Alors pour défendre la terre et un écosystème plus juste, il faut gagner le bras de fer pour arrêter de contaminer l’environnement à grande échelle (pesticides, PFAS, perturbateurs endocriniens, additifs alimentaires controversés…) et soutenir les alternatives agroécologiques, le tout dans une société de liens et de solidarité.


 

Karine Jacquemart est une fervente défenseuse de justice sociale et environnementale et du droit à une alimentation saine pour toutes et tous. D'Action Contre la Faim de 2002 à 2008 à Greenpeace entre 2009 et 2015, en charge de la campagne forêts du Bassin du Congo (RDC, Cameroun), elle coordonne des projets internationaux au sein d’associations depuis plus de 20 ans. Elle devient directrice générale de foodwatch France en 2015. L’organisation à but non-lucratif, véritable contre-pouvoir citoyen indépendant, lutte en France et en Europe pour la protection de ce qui se retrouve dans nos assiettes, de l’agriculture à l’industrie agro-alimentaire, et s’attaque aux scandales et fraudes alimentaires, aux additifs controversés, emballages toxiques et autres contaminants, ainsi qu’aux menaces des accords de libre-échange tels que le CETA.

Comments


bottom of page